26/05/2017

Ce projet d’étude, Pornopolis, s’inscrit dans la continuité d’un mémoire traitant des apports du magazine Playboy en architecture et design dans les années 1950 à 1970 aux Etats-Unis, son créateur Hugh Hefner postulant que «pour changer un homme, il faut changer son intérieur».
pornopolis_clementine-dufaut_ensa-strasbourg-01

Paru dans Architectures CREE 380

En abordant les thèmes de la sur-médiatisation des images sexuelles dans nos médias contemporains ainsi que de l’omniprésence des prothèses numériques dans notre intimité, le projet développe des espaces utopiques sexuels : des pornotopies, dans des espaces cachés de l’architecture publique chinoise. Le centre commercial Bailian New Era situé dans le district de Wujiaochang (Shanghai, Chine) a été choisi comme laboratoire d’expérimentation en raison de sa double peau, au centre d’un puissant imaginaire lié à l’invisible, au caché, à l’interdit. Pornopolis suggère plus qu’il ne montre, effeuillant un équipement banal du consumérisme de masse. Seuls les initiés sont avertis des profondeurs schizophréniques et sulfureuses de la double peau dans laquelle ils sont happés par des procédés de miroirs coulissants, de parois molles et organiques, de fausses portes, de cabines à double fond, de rideaux, de murs labyrinthiques…
 
pornopolis_clementine-dufaut_ensa-strasbourg-02
pornopolis_clementine-dufaut_ensa-strasbourg-03
pornopolis_clementine-dufaut_ensa-strasbourg-04
pornopolis_clementine-dufaut_ensa-strasbourg-05
pornopolis_clementine-dufaut_ensa-strasbourg-08
pornopolis_clementine-dufaut_ensa-strasbourg-06
pornopolis_clementine-dufaut_ensa-strasbourg-07
pornopolis_clementine-dufaut_ensa-strasbourg-09
[masterslider id= »148″]
 
[masterslider id= »149″]
 
Auteur : Clémentine Dufaut
Directeur d’études : Anne JAUREGUIBERRY
ENSA Strasbourg