07/11/2015

Le nouveau ministère de la Défense fait signe. Inauguré jeudi 5 novembre par le président de la République, il est le fruit d’un travail de sept années de longue haleine réunissant des grands noms de l’architecture.
 

Le projet Balard, nouveau ministère de la Défense

ministere de la Défense
Courtesy DICOD/ C.Lebertre

Synergie inter-armées

Lancé en décembre 2007, concrétisé en mai 2011, l’Hexagone Balard abritant le nouveau ministère de la Défense a été inauguré jeudi 5 novembre 2015 par François Hollande. Situé Porte de Sèvres, dans le 15e arrondissement, le siège des armées a vu emménager 10 000 personnes sur un terrain de 16,5 hectares. Les 300 000 m² bâti accueillent l’Etat-Major des Armées (EMA), les états-majors des armées de Terre, Marine et Air, la Direction Générale de l’Armement (DGA), les directions et services du Secrétariat Général pour l’Administration (SGA), ainsi que les locaux du ministre et son cabinet. Stratégiquement, ce gigantesque ministère a pour intérêt de mutualiser les services de l’armée, jusque là dispersés dans une douzaine de sites parisiens. Économiquement, il permet de rationnaliser les effectifs et l’organisation.

ministère de la défense
Courtesy DICOD/Armée de l’air

Trois entités majeures

Celui qui est déjà surnommé le « pentagone à la française », à l’instar du pentagone américain, dessine symboliquement un hexagone. La parcelle Valin, à l’Ouest, pensée par l’Agence Nicolas Michelin, rassemble le centre des opérations et le cabinet du ministre dans le bâtiment principal de 150 000 m². Sur cette parcelle, l’ensemble des bâtiments ont été démolis, à l’exception du bâtiment notable des frères Perret qui a été réhabilité. Pour la Corne Ouest, Jean Michel Wilmotte était en charge des quatre immeubles de bureaux locatifs, soit de 90 000 m². A l’Est, la Cité de l’Air a vu une dizaine de ses bâtiments détruits (10 000 m²), un bâtiment démoli et reconstruit (12 000 m²) et 110 000 m² de bâtiments réhabilités. Cette partie du projet a été pensée par Pierre Bolze des Ateliers 2/3/4. Un projet à plusieurs mains, pour lequel les présélections se sont déroulées sous la forme d’un concours en 2009 et les sélections finales de 2011 sous la forme d’un dialogue compétitif.

ministère de la défense
Courtesy DICOD/Armée de l’air

Une ville dans la ville

Encore plus qu’un centre névralgique des armées, ce ministère de la Défense est une ville dans la ville. En son sein, deux pôles de restaurations, une bibliothèque de consultation, un grand auditorium… Pour le bien-être des employés mais aussi celui des riverains, s’y ajoutent trois crèches, un centre sportif, une piscine et un centre de soins.

ministère de la défense
Courtesy DICOD/Laurent Zylberman, Graphix Images

Quelques prouesses architecturales

Le maillage des bâtiments permet une interconnexion des services. En toiture se déplie un origami de panneaux photovoltaïques, ce qui dote Balard de la plus grande toiture solaire de la capitale (5 600 m²). Les murs de béton sont conçus pour résister aux missiles. Les façades jouent sur des damiers en camaïeux colorés. Les cours intérieures, quant à elles, sont de véritables poumons reliés par des rez-de-chaussée transparents.

ministère de la défense
Courtesy DICOD/Laurent Zylberman, Graphix Images

Une architecture forte, marquée par son gigantisme, une signature dans la ville, s’élevant à un coût de 3,5 milliards d’euros.
 
Bouygues Bâtiment Ile-de-France, coordinateur, concepteur et constructeur
Bouygues Energies & Services, Thales, Sodexo, exploitation et maintenance
 
Amélie Luquain