11/04/2019

Le 19 mars dernier à Stockholm, le projet « Hamra » de l’agence d’Architecture et de Paysage « Collectif encore » a remporté le Prix Kasper Salin 2018. Considérée comme la distinction architecturale la plus prestigieuse en Suède, cette récompense est décernée chaque année à un projet architectural remarquable, par l’Ordre des Architectes Suédois (Sveriges Arkitekter).

Située au sud de l’île de Gotland, à Hullehällar (Suède), la maison-atelier « Hamra » (130 m2) est installée aux abord d’une route. Forteresse en béton intégrée à son paysage environnant, elle profite d’une cour protégée et d’un jardin privé au nord. Véritable lieu public, la scène située au sud est réservée aux expositions et aux spectacles.
Les murs périphériques de la maison sont habités et permettent d’effacer les limites entre intérieur et extérieur : on peut s’y baigner, cuisiner, monter sur scène ou dormir. Toutes les pièces sont directement accessibles depuis le jardin et chaque partie de la maison offre différentes fonctions : les escaliers font par exemple office de buanderie, de salle de bain et de lieu de travail.

« Hamra » s’adapte aux saisons ; seule une partie de la maison est chauffée en hiver. Lorsque l’été arrive, la parcelle se transforme en atelier et en résidence, en lieu d’exposition et de fête.

Créé il y a 57 ans, c’est la première fois que le Prix Kasper Salin vient récompenser un projet de logement privé. Cette annonce n’a donc pas manqué de provoquer un débat animé dans la presse et sur les réseaux sociaux suédois.
Pour justifier ce choix, Thomas Sandell, président du Jury du Kasper Salin 2018, rappelle que « dans l’histoire de l’architecture, de nombreuses villas ont montré une nouvelle voie et indiqué un changement de direction, comme la plupart des villas de Le Corbusier et la villa Mairea de Alvar Aalto. » Et il conclut en ajoutant « nous sommes convaincus que cette villa en fait partie. »
Aujourd’hui installée dans le Béarn en France, l’architecte Anna Chavepayre vivait en Suède au moment de la conception du projet. Depuis sa création en 1962, c’est la seconde fois qu’une femme est lauréate du Prix Kasper Salin.