19/01/2017

Yvonne Farrell and Shelley McNamara, co-fondatrices de l’agence dublinoise Grafton Architects, ont été nommées commissaires de la 16e biennale de Venise qui débutera en mai 2018. Un passage de niveau dans l’échelon du star-système !
farrell_mcnamara_grafton_commisaire-biennale-venise-2018
Succédant à Rem Koolhaas en 2012, et au chilien Alejandro Aravena en 2016, Yvonne Farrell et Shelley McNamara assureront le commissariat de la 16e biennale de Venise. Les deux femmes vivent et travaillent à Dublin, où elles ont été diplômées et ont co-fondées l’agence Grafton Architects en 1977. Côté lagune, elles n’en sont pas à leur premier essai. Représentées à la biennale de 2002, elles remportent le lion d’argent à celle de 2012 avec une installation titrée « architecture as a new geography » et le mastodonte de béton abritant l’université de technologie et d’ingénierie UTEC de Lima (Pérou) ; un travail inspiré du Pritzker brésilien Paulo Mendes da Rocha. Les architectes étaient aussi présentes à la biennale de 2016 sous le titre « The Physics of Culture ».
 
Entourées de leurs 25 collaborateurs, Farrell et McNamara construisent beaucoup d’institutions et d’équipements dédiés à l’enseignement, surtout en Irlande (notamment les bureaux pour le Département des Finances, 2009), mais aussi à l’international où l’agence s’est distinguée avec l’université Luigi Bocconi à Milan (2008). L’agence promet également deux réalisations en France : l’Université d’économie de Toulouse et l’Institut des Mines-Telecom sur le plateau de Saclay. D’autre part, les deux femmes enseignent dans de nombreuses écoles d’architectures : University College de Dublin, Harvard graduate school of design, Yale et l’EPFL de Lausanne. Elles ont également été membres de jury prestigieux, comme le Riba en 2008 et 2012, qu’elles remportent en 2016 avec le projet de l’UTEC, et le prix Mies Van der Rohe en 2011 ; une récompense à venir peut-être ?
 
Pour Paolo Baratta, président du conseil d’administration de la biennale de Venise, Yvonne Farrel et Shelley McNamara prolongeront la vision d’Alejandro Aravena, l’exposition Reporting from the front ayant « offert aux visiteurs un panorama critique sur l’évolution de l’architecture dans le monde, qui a vu son rôle se confirmer comme instrument sociétal. » Il ajoute que les commissaires sont appréciées pour « leur capacité d’impliquer et de fasciner les nouvelles générations ». On espère qu’elles fascineront la jeunesse française chez qui elles restent encore peu connues.
 

Amélie Luquain