13/11/2017

Le 10 novembre dernier, le président français Emmanuel Macron et le président allemand Frank-Walter Steinmeier se sont rendus dans le nouveau mémorial de Hartmannswillerkopf conçu par l’agence INCA. L’inauguration de ce lieu, où s’est tenu l’une des plus grande bataille de la première guerre mondial, est un symbole fort de la réconciliation franco-allemande.

Durant la première guerre mondiale, cette montagne du massif des Vosges a été le théâtre de combats très meurtriers. Surnommée la « mangeuse d’hommes », près de 7000 soldats y ont trouvé la mort entre 1914 et 1916. En 1922 est inaugurée la nécropole nationale du Silberloch. Elle comprend une crypte qui recouvre un ossuaire avec les restes de milliers de soldats français et allemands, ainsi qu’un cimetière de plus de 1 200 tombes françaises.

Mais le site manquait d’une clef de lecture… C’est pourquoi le Comité du Monument National a fait appel à l’agence d’architecture grenobloise INCA, impliquée dans de nombreux projets classés par l’UNESCO tel que Lourdes ou Carcassonne, pour la construction d’un centre d’interprétation ouvert au public. Construit à l’emplacement d’une ancienne ferme, le bâtiment sert de porte d’entrée au site historique mitoyen. Bordé de deux chemins conduisant à la crypte, au champ de bataille et à la nécropole, la forme ovoïdale épouse les lignes des flux passants tout en accordant aux visiteurs une vision panoramique du paysage qui l’entoure.

Très restreint dans son emplacement le projet réussi tout de même à trouver sa place entre la forêt vosgienne, la route départementale, la pente abrupte et le site historique. Sous une vaste charpente en bois, le programme se déploie dans un espace ouvert. On y compte une boutique, un café bordé d’une large terrasse, un lieu d’exposition et un espace de visionnage, le tout enveloppé d’un épais manteau de béton et chapeauté par une toiture en membrane imitant le zinc. Le choix de ces matériaux ainsi que l’ajout d’épais panneau de bois coulissant aux baies vitrées n’est pas anodin « le bâtiment a deux vies : une l’été et une l’hiver» nous explique Gilles Marty, fondateur de l’agence INCA. « L’été le mémorial s’ouvre sur l’extérieur alors qu’en hiver il se referme sur lui même afin de résister aux intempéries les plus extrêmes » ajoute-t-il.

Contrairement à l’architecture très art-déco de la crypte voisine, ce nouveau lieu historique dégage une atmosphère moins pesante et plus symbolique de la réconciliation franco-allemande.
 

Cécile Gauthier

 
Courtesy INCA