24/06/2018

Après vous avoir parlé de Renzo Piano qui réalise le Centre Pompidou de Paris en 1971, il est temps d’évoquer l’architecte qui conçoit Pompidou-Metz quelques années plus tard : le japonais Shigeru Ban. Récompensé en 2014 par le célèbre Pritzker Price, son travail se veut avant tout à l’écoute des besoins de la société et de la planète.
 
Né le 5 août 1957 à Tokyo, au Japon, il intègre dans un premier temps l’Université des Arts de Tokyo, puis étudie à la Southern California Institute of Architecture. Il poursuit ses études à l’école d’architecture de la Cooper Union, à New York. En 1984, il obtient son diplôme et ouvre sa propre à Tokyo l’année suivante.
 
shigeru_ban_pritzker_price_architecte_architecture_humaniste_contemporaine_portrait_archicree_.jepg
 
Dès le début de son exercice, il s’intéresse de près à la question du papier et du carton dans l’architecture. Bien avant que les questions environnementales ne préoccupent nos hommes politiques et nos architectes, il réfléchissait déjà à la réalisation de bâtiments faits à partir de matériaux recyclés, dont la première réalisation verra le jour en 1989, lors de la World Design Expo de Nagoya. Par la suite, il réalise notamment des maisons individuelles, comme la Paper House, en 1995.  En 2000, il réalise le Pavillon du Japon à l’occasion de l’Expo 2000, à Hanovre en Allemagne. Il est l’un des rares pavillons à pouvoir être recyclé. En effet, au-delà de la construction, c’est aussi la question de la destruction et du recyclage qui importe à l’architecte. Que deviendront toutes ces réalisations éphémères ? La sienne sera bel et bien recyclé ! Quelques temps après, le gouvernement français fait appel à lui pour la construction du centre Pompidou-Metz. Antenne du musée parisien, il deviendra le symbole de la décentralisation du pouvoir et de la culture.
 

shigeru_ban_pritzker_price_architecte_architecture_humaniste_contemporaine_portrait_archicree_musee_pompidou_metz
Centre Pompidou – Metz
Shigeru Ban Architects – 2009

shigeru_ban_pritzker_price_architecte_architecture_humaniste_contemporaine_portrait_archicree_hanovre_allemagne_expo_2000_pavillon_japonais
Pavillon Japonais, Expo 2000 d’Hanovre
Shigeru Ban Architects – 2000

shigeru_ban_architecture_carton_maison_en_carton_logement_habitat_1995_japon_residence
Après ce projet, Shigeru Ban se remet en question. A qui profite l’architecture ? Qui tire profit de ces grandes réalisations, reflet du pouvoir et de l’argent des privilégiés ? L’architecte souhaite faire évoluer son travail vers une architecture dédié la société, aux nécessiteux et à ceux dans le besoin. Il veut autre chose qu’une architecture vitrine, et souhaite une architecture qui fasse du bien : physiquement et psychologiquement. Une architecture qui réponde à des besoins, et qui plaise à ces occupants avant tout.
 
Shigeru Ban n’est pas insensible aux catastrophes naturelles. En effet, son pays – le Japon – est régulièrement touché par de nombreux séismes. Face à l’urgence de la situation, il retrouve son matériau favori : le papier et le carton. Entouré d’étudiants, il construit de nombreux centres d’hébergements temporaires, fabriqués à base de tubes de cartons épais. En Afrique pour les réfugiés politiques, en Océanie ou en Asie pour les personnes ébranlés par les tremblements de terre, l’architecte s’investit sur le terrain ! A Kobé, il se propose pour construire une église temporaire après le séisme de 1995. Prévue pour rester en place 3 ans, elle sera finalement conservée 10 ans, avant d’être par la suite démontée et transportée à Taïwan, où la communauté locale a été, elle aussi, touchée par un séisme quelques années plus tard. L’architecture que propose Shigeru Ban se veut durable, autant dans l’usage, la construction, que dans les liens sociaux qu’elle tente de réparer et d’améliorer.
 
shigeru_ban_pritzker_price_architecte_architecture_humaniste_contemporaine_portrait_archicree_eglise_carton
Cathédrale temporaire -Christchurch, Nouvelle-Zélande
Shigeru Ban Architects – 2003