12/09/2017

Trop à l’étroit pour répondre aux commandes d’envergure internationale, le concepteur et fabricant français de mobilier urbain d’éclairage Technilum décide de créer une extension sur son site de production ; un chai viticole dans une vaste prairie.


Concepteur et fabricant de mobilier urbain d’éclairage depuis 1971, Technilum s’implante dès 1999 à Lézigno, près de Béziers. C’est en 1994 qu’Agnès Julian, actuelle PDG, reprend les reines de l’entreprise de son père. Alors que le bail de location arrive son terme, la jeune entrepreneuse cherche des locaux autrement plus séduisant que les boîtes à chaussures des zones industrielles. Elle repère un ancien chai viticole dans la région de Béziers, en déshérence depuis 1956, qu’elle décide de réhabiliter pour y abriter le siège social et le site de production dès 1999. Si le bâtiment semblait vaste à l’époque, l’entreprise s’y trouve rapidement trop à l’étroit pour répondre à ces commandes d’envergure internationale. Prenant le contre pied à la tendance actuelle des secteurs industrielles qui externalisent de plus en plus leur fabrication, Agnès Julian joue la carte du « made in France » et prend la décision d’étendre son site, sur site.


L’ambition architecturale pour cette extension était élevée, puisque l’entreprise fait dans un premier temps appel à la très célèbre agence suisse Herzog et de Meuron, alors trop occupée par le stade de Bordeaux et d’autres commandes. C’est finalement avec l’agence Passelac et Roques et les paysagistes ALEP que Technilum engage son extension. Un choix de proximité, l’agence étant implantée à Narbonne, mais aussi pour leur contribution à de nombreux grands projets notamment le musée Soulages de Rodez ou le mémorial de Rivesaltes.


Intégrée et discrète, l’extension se doit de respecter les qualités paysagères et patrimoniales du lieu. Rappelant les aménagements de soutènement et de fossés bâtis visibles sur le domaine, le bâtiment s’inscrit dans le paysage depuis les vues Nord et Est comme une grande restanque de béton teintée dans la masse, réduisant progressivement la hauteur de ses murs jusqu’au niveau du sol. Prédisposant à ce dipositif architectural, le process de fonctionnement de l’entreprise nécessite d’excaver la terre pour récupérer le niveau de l’unité de production existante. Ainsi, cette mise à niveau facilite les accès logistique, la manutention, le stockage … Les deux volumes sont reliés par un passage couvert vitré, qui devient passerelle extérieure au second niveau ; une transition douce qui assure aussi la rupture visuelle entre l’ancien et le contemporain. La toiture végétale, non accessible, assure la continuité avec la prairie ; seuls les sheds émergent et signalent la présence de l’entreprise Technilum.



 
 
Fiche technique
Maîtrise d’ouvrage : Technilum® Maîtrise d’œuvre : Passelac & Roques Architectes Paysagiste : Atelier Lieux et Paysages (ALEP) BET : Technique et Structure EGE Ingénierie / Acousticien Atelier Rouch / Concepteur Lumière Atelier Coup d’Eclat /  Bureau d’études VRD BE2T Ingénierie /  Bureau de contrôle et SPS Socotec /  OPC B2F Ingénierie  Surface : 4500 m2, sur un terrain de 46 000 m2 Coût : 8 M € TTC
© Kévin Dolmaire ou © Hugo Da Costa