19/11/2017

En construisant une antenne du Louvre à Abou Dhabi, c’est une image d’ouverture que l’Emirat souhaite donner au monde. Déjà en 1989, lorsqu’I.M. Pei conçoit la pyramide du Louvre, les villes européennes cherchaient à asseoir leur identité et valoriser leur image à l’aide de grands projets urbains centrés autour de signes architecturaux majeurs confiés à des stars internationales. A se demander si cette boulimie architecturale obéit à une autre logique que la surenchère médiatique. La signature en vient à être un élément décisif du projet, en tant qu’elle participe à une stratégie de marketing urbain – voire politicien. Architectures CREE revient sur son numéro de Juin / Juillet 1989, « L’Europe des métropoles en quête d’image », avec un article signé Jean-Pierre Le Dantec : « Si 1989 nous invite à méditer, avec Michel Vernes, sur les Pré-Révolutionnaires et sur l’essence commémorative de toute Architecture, l’échéance de 1992, elle, somme les architectes de célébrer sans retard et sans état d’âme le boom économique des villes. En prélude au dossier qu’Archi-Créé consacre à ces Grands Projets d’Europe, Jean-Pierre Le Dantec s’interroge : suffirait-il de réunir de grands programmes et de grands créateurs pour créer une « Renaissance des Villes » ? Quel rôle devraient jouer les architectes, dans des stratégies urbaines dont le ressort est avant tout économique ? Ces architectes sont-ils assez lucides, devant un phénomène de médiatisation des projets qui coupe le contact avec la ville, et n’est qu’un lointain avatar de la Célébration ? »
[masterslider id= »188″]
 
CREE 230, Juin / Juillet 1989, L’Europe des métropoles en quête d’image
Téléchargez la version PDF L’europe des villes en mal d’images