22/07/2015

A l’horizon 2018, le musée du Louvre se verra doté d’un nouveau pôle de conservation situé à Liévin conçu par le célèbre architecte du Centre Pompidou, Richard Rogers.
 
Pôle de conservation du musée du Louvre à Liévin (Nord-Pas-de-Calais)
… le groupement Rogers Stirk Harbour + Partners, architecte mandataire – et auteur du nouveau World Conservation and exhibition Center du Bristish Museum – et les français Mutabilis Paysage (paysagiste), Egis Bâtiment Nord (BET), Inddigo sas (bureau d’études environnementales) et VPEAS sas (économiste). Une équipe franco britannique qui s’inscrit dans la dynamique voulue par la région Nord Pas-de-Calais.
 

Plan incliné dans la continuité du paysage

Le bâtiment imaginé couvre 20 000 m2 (dont 10 000 de réserves) sur lequel la nature s’investit généreusement. En effet, mettant à profit la topographie du terrain dans le prolongement d’une coulée verte, le groupement a imaginé un toit végétalisé incliné, dans la continuité du paysage, minimisant ainsi l’emprise du bâtiment, tout en se servant des contours naturels du site. Ce sol incliné intègre la diversité de volumes de la collection et par un bâti de haute masse thermique lui assure la stabilité climatique requise pour une bonne conservation des œuvres.
louvre liévin
La frange ouest du parc met en valeur le travail de conservation de la collection exceptionnelle ; une grande vitrine révèle les activités dans une bande faisant l’interface avec les collections au sein du bâtiment. Un jardin à niveau offre l’espace, les vues et la lumière à ceux qui travaillent. Cette zone est connectée aux collections par le « boulevard des œuvres », axe logistique reliant la réception aux réserves et à l’aire de livraison.
 

« Le bâtiment est un parc, il devient paysage »

Ses concepteurs n’hésitent pas à le comparer à une œuvre de Vauban par la force classique de murailles en béton cadrant la masse du paysage.

louvre liévin
Espace de détente

Deux parois déterminent deux axes de circulation ainsi que la distribution des réseaux et la ventilation enterrée en toute discrétion.
louvre liévin
Espace de traitement des œuvres

L’armature de la structure, simple, définit et réunit l’ensemble des volumes avec un souci de flexibilité pour des aménagements ultérieurs. Une série de voûtes se fait l’écho des reliquaires des cathédrales soulignant la valeur du contenu qu’elles abritent.
louvre liévin
L’intégration du bâtiment dans le paysage et son déploiement sur un seul niveau en fait un projet contemporain et intemporel à la fois, reflet d’une sobriété réfléchie et élégante.
 
250 000 œuvres conservées actuellement dans plus de 60 réserves y seront transférées dès la livraison fin 2018, pour être à proximité immédiate du Louvre Lens. L’externalisation des œuvres a pour but de les mettre à l’abri et de constituer un pôle d’études et de recherche, l’un des plus grands d’Europe, au service du rayonnement du musée du Louvre.
 
Parcelle : 40 000 m2
Budget de l’opération : 60 millions d’euros (estimation)
Budget de la construction 35 millions HT
Financement : 51 % par le Louvre et 49 % par le Conseil régional du Nord-Pas-de–Calais.
 
Courtesy Rogers Stirk Harbour + Partners