11/02/2018

Véritable galerie couverte, la pergola est, par définition, plus légère que la véranda. Mais la frontière entre ces deux constructions est de plus en plus mince, les fabricants proposant des solutions qui ne font plus le distinguo !

La pergola s’affirme comme une pièce en plus de l’habitation, comme son prolongement. « Elle est, aujourd’hui, une pièce à part entière, le système utilisé doit donc répondre aux mêmes demandes que celles de l’habitation », nous précise Fabien Chatagnon, directeur technique et industrie de Vie & Véranda (1). À tel point qu’elle est soumise à un permis de construire ou, a minima, à une déclaration de travaux si sa surface ne dépasse pas les 40 mètres carrés. Cette pièce semi-extérieur, transition entre la maison et le jardin, doit être particulièrement lumineuse mais à l’abri des intempéries. Le confort souhaité est le même que celui d’un intérieur, à l’instar des tendances pour les salons outdoor. Sa construction est pensée de plus en plus en amont, par- fois même dès la construction de la maison, comme la pergola Aero Skype, de Renson, qui est directement encastrée dans la toiture.


Connectées, les structures intègrent de nombreuses fonctionnalités. Si les éléments structurels d’une pergola sont relativement sommaires, les accessoires qui leurs sont adjoints sont en pleine expansion. En témoigne Biossun, qui en propose une douzaine pour sa dernière pergola : éclairage encastré ou applique ; stores, vitrages ou claustras ; solution d’hivernage ou de lestage grâce à une simple jardinière… De quoi personnaliser à souhait ces micro-constructions.
Une pergola bioclimatique à l’ambiance tamisée, chic ou graphique, selon les jeux de lumière choisis grâce à un éclairage led intégré. Elle accueille la douzaine d’accessoires proposés par Biossun, dont le système de panneaux de verre trempé de 10 mm, coulissants et pleine hauteur, ou le store Zipsun à descente verticale. Biossun, pergola Bio 230.