14/02/2018

Véritable galerie couverte, la pergola est, par définition, plus légère que la véranda. Mais la frontière entre ces deux constructions est de plus en plus mince, les fabricants proposant des solutions qui ne font plus le distinguo !
La pergola s’affirme comme une pièce en plus de l’habitation, comme son prolongement. « Elle est, aujourd’hui, une pièce à part entière, le système utilisé doit donc répondre aux mêmes demandes que celles de l’habitation », nous précise Fabien Chatagnon, directeur technique et industrie de Vie & Véranda (1). À tel point qu’elle est soumise à un permis de construire ou, a minima, à une déclaration de travaux si sa surface ne dépasse pas les 40 mètres carrés. Cette pièce semi-extérieur, transition entre la maison et le jardin, doit être particulièrement lumineuse mais à l’abri des intempéries. Le confort souhaité est le même que celui d’un intérieur, à l’instar des tendances pour les salons outdoor. Sa construction est pensée de plus en plus en amont, par- fois même dès la construction de la maison, comme la pergola Aero Skype, de Renson, qui est directement encastrée dans la toiture.

Renson, pergola Aero Skype

Déjà connue dans sa version autoportante ou adossée à la façade, cette pergola bioclimatique devient un élément de toiture encastrable. Elle est constituée de deux modules aux lames d’aluminium orientables et rétractables, connectées au smartphone ou à la tablette. A prévoir en amont de la construction, elle participe d’une toiture épurée libérée de tout point porteur, dégageant des vues vers le ciel. Dimensions maximales : 11,75 x 4,5 m.
 
(1) in « Extérieurs Design », n° 56.