02/10/2015

Bâti en 1857 sous Napoléon III, l’hippodrome de Longchamp n’en est pas à la première réhabilitation de ses tribunes. Mais le projet de démolition, rénovation, reconstruction prévu pour 2017 sera certainement l’un des plus exemplaires !

Reconnaissance internationale

La rénovation de Longchamp a pour but d’inscrire l’hippodrome sur la scène internationale et de lui offrir une qualité d’adaptation selon la fréquentation, entre courses de galop à très forte notoriété, comme le Qatar Prix de l’Arc de Triomphe qui rassemble 60 000 spectateurs, et des réunions de courses régulières à public restreint.
Pour ce faire, Dominique Perrault Architecture a été sélectionné lors d’un concours lancé en 2011, grâce à un projet qui respecte l’histoire des lieux tout en lui conférant une grande modernité. Les tribunes de béton armé de l’hippodrome, conçu par Charles Adda en 1919, à cette époque architecte attitré des sociétés hippiques de Paris, vont être en grande partie démolies plutôt que rénovées, pour des raisons de coût, de respect des délais et d’adaptabilité puisque l’hippodrome sera polyvalent et accueillera d’autres activités.
 

Architecture en mouvement

DPA Nouveau Longchamp_Vue aérienne

« La structure légère du bâtiment efface l’architecture au profit de la transparence et des vues de chaque coté vers le paysage et les pistes. L’idée est d’ouvrir plus largement l’hippodrome au public, comme un jeu de circulation indépendante de toute la partie technique, une promenade au milieu de la nature parallèlement aux courses. » Dominique Perrault

Dominique Perrault propose une architecture en « mouvement », à l’image d’un pur-sang au galop, qui accompagne la ligne de la piste. En structure légère, elle n’a ni avant ni arrière, et propose une double orientation maintenant des relations permanentes entre l’espace de préparation et la piste : les tribunes seront en surplomb coté champ de courses et en balcon face au rond de présentation. Elles seront coiffées d’un bâtiment de verre transparent, offrant des vues panoramiques sur Paris et accueillant restaurants et loges privatives. Ainsi, les tribunes deviennent plus poreuses, plus ouvertes. Ramenées à 100 m de long, elles viennent valoriser l’environnement et tisser un lien intime avec le bois de Boulogne.

 

Grande envergure

Financé en grande partie par France Galop, ce projet à 131 millions d’euros sera construit par Bouygues Bâtiment IDF. Sa structure mixte en métal, bois et béton est estimée à 600 000 heures de production, 400 compagnons et 50 conducteurs de travaux.
Ce week-end du 3-4 octobre, nous assisterons donc au dernier Qatar Prix de l’Arc de Triomphe dans le Longchamp que l’on connait actuellement. Ce prix sera d’autant plus exceptionnel que la jument Trêve, qui a déjà gagnée deux fois la course, va retenter le challenge. Du jamais vu dans l’histoire des courses !
 
Amélie Luquain
 
Courtesy France Galop / DPA