05/11/2019

La Résidence Terre-Sud par l'Agence TAA Bordeaux

L’Agence TAA Bordeaux a récemment livré la « Résidence Terre-Sud », une construction neuve de logements collectifs à Bègles (région Nouvelle Aquitaine, France).
Le projet se situe sur la commune de Bègles, à l'est du nouvel éco-quartier de Terre Sud, près de la commune voisine de Villenave d’Ornon. 1200 logements ont été réalisés sur un territoire de 26 hectares. Les 30 hectares restants sont dédiés aux espaces verts, aux espaces d’agrément et aux aires de jeux.Les bâtiments sont agencés de façon à ce que la plupart des logements soient doublement orientés ou traversant. Les résidences offrent des perspectives visuelles intéressantes sur le parc et favorisent le lien entre les résidents. Des cheminements doux maillent la zone et desservent un parking résidentiel étagé.

Un système d’ilots ouverts

La parcelle jouxte un grand espace végétal, composé de fossés anciens et de végétation ripisylve. Le projet a pour objectif de préserver ce patrimoine végétal et la plus grande partie des fossés nécessaires à leur survie.

Le projet urbain de l’éco-quartier repose sur un système d’ilots ouverts. Les limites du terrain ne sont pas marquées par des clôtures, mais par un simple changement de matériaux entre les emprises publiques et privées.

Façade « urbaine », la façade sud accueille des plantations horticoles, dans la continuité des aménagements déjà réalisés, et un massif arboré, véritable lien entre le cœur d’ilot et le parc de Mussonville. Le cœur d’ilot est peu aménagé, pour conserver son aspect naturel et boisé. Des plantations d’arbres, similaires aux exemplaires existants, viennent densifier le boisement. Des haies arbustives variées, en forme naturelle, accompagnent le pied du bâtiment, et assurent une transition douce vers l’espace naturel.

Quatre critères essentiels pour l'implantation des bâtiments

Les îlots qui entourent le projet sont composés d’immeubles de logement, chacun disposant d’une identité forte s’inscrivant dans la trame paysagère du site. Le thème de l’îlot est le noir et blanc : les façades sont recouvertes de tuiles plates « type Rully », dont la teinte est noire ou blanche. Deux finitions – vernissée et mat – permettent de recomposer une photographie de la végétation du site environnant, sur l’ensemble des façades.

Les bâtiments s’implantent suivant quatre critères essentiels : ils doivent s’aligner en fond de parcelle et sur la rue D. Mallet, les arbres en cœur d’ilot doivent être préservés, le bâtiment doit être fractionné pour offrir des percées visuelles sur le parc et le projet doit favoriser l’ensoleillement.

L’ implantation en « S » préserve le cœur d’ilot, tout en s’alignant sur la rue. Le projet se divise en trois corps de bâtiment articulés par des circulations verticales, qui proposent des percées visuelles sur l’environnement. Les deux premiers volumes sont en R+5 et le troisième – plus proche du parc de Mussonville – est en R+7. Il fait figure de proue dans la composition générale. Les deux derniers niveaux de ce volume sont occupés par des duplex qui disposent de terrasses en double hauteur, et forment ainsi de grandes fenêtres sur le parc.

Après un Master Urban Design à UCLA (Etats-Unis), Pierre-Louis Taillandier rentre en France en 1993. Il crée l’agence Sutter + Taillandier, qui devient Taillandier Architectes Associés en 2012.

Volontairement généraliste, l’agence Taillandier Architectes Associés réalise tous types de programmes, pour des maîtres d’ouvrages publics et privés. Pierre-Louis Taillandier conçoit l’architecture comme un métier de services : quelle que soit la nature du projet, ce dernier doit améliorer la qualité de vie, à l’échelle du paysage comme de l’usager. Pour ce faire, il doit être bien pensé, bien dessiné et bien construit.

Taillandier Architectes Associés compte une soixantaine de collaborateurs, ainsi que trois filiales : Bordeaux, Montpellier et Santiago au Chili.