24/07/2015

« Cette place aérée remplace un ancien centre commercial sur dalle et renoue le dialogue avec l’environnement naturel du site et sa déclivité. Cette zone était marquée par la vision de l’époque des années 70 : grandes barres, ciment, béton, dalles… C’était typiquement l’urbanisme de l’homme qui écrasait la nature. » Emmanuel Lamy, maire de la ville.

 
A Saint-Germain-en-Laye (78), territoire aux ¾ boisé, une ancienne dalle de béton recouvrait le boulevard Hector-Berlioz sur une surface de 5400 m² et abritait des commerces sur son pourtour. Au milieu des tours d’habitation montant jusqu’à huit niveaux, la dalle du quartier des Coteaux du Bel-Air appartenait à la dernière ZUP construite en France (1966). Au vue de sa dégradation grandissante, celle-ci fut reconvertie et détruite en grande partie. Par respect pour ce lieu et sa géographie, Hélène Fricout-Cassignol, architecte, dessine un projet ambitieux ; la place des Rotondes renoue avec son environnement.
rotondes
 

Quand la dalle se plisse

Tandis que le boulevard retrouve la lumière du jour, l’ancienne dalle se plisse invitant le piéton à parcourir la nouvelle place. Celle-ci fait le lien avec la rue haute et efface les ruptures de niveaux dans l’espace public. Favorisant les déplacements et la flânerie, elle se dote d’un délicieux aménagement paysager participant d’une toute nouvelle topographie : la toiture jardin accuse une forte pente à 75 % recouverte de 30 cm de terre végétale, une première. Dessous, des commerces s’ouvrent sur la rue.
rotondes
 

Deux rotondes s’élèvent

Sur la place des Rotondes, renommée ainsi de fait, deux volumes circulaires de métal et de verre rompent avec l’orthogonalité et la verticalité des résidences d’habitation alentours. Leur légère structure d’acier s’appuie sur les points porteurs des cinq niveaux de parking souterrains existants.
rotondes
La première rotonde, d’une surface de 1500 m² répartie sur trois niveaux, accueille la mairie annexe et une salle polyvalente au rez-de-chaussée, les locaux de la police municipale au 1er et un cabinet médical au 2nd. L’autre, sur 700 m² de plain-pied, contient la CPAM et un bar-brasserie. Elle se dote en prime d’une toiture végétalisée.
rotondes
A l’intérieur, le motif rond est repris à toutes les échelles. Les puits de lumière circulaires se confondent aux plafonniers, les panneaux métalliques microperforés faisant office de brise-soleil sont percés de bulles. Entre deux, l’espace commun extérieur accueille un marché une fois par semaine.
rotondes
La ville de Saint-Germain-en-Laye finance seule ce projet onéreux s’élevant à 18 millions d’euros HT. En dépit d’une conjoncture atone, le maire de la ville Emmanuel Lamy continue de développer une politique d’investissement croissante. Après huit ans de travail acharné, ce projet redore le blason du quartier et fait la fierté de ses habitants.
Amélie Luquain
 
Courtesy Saint-Germain-en-Laye / Jacques Paray
Courtesy HFricout Cassignol architectes