15/05/2015

Dans le secteur de la ZAC Clichy-Batignolles (17e), proche des voies ferroviaires, les logements sociaux et la crèche conçus par l’agence Bartolo-Villemard pour ICF Habitat La Sablière constituent un dernier volet du projet urbain de Francois Grether. Comme partout ailleurs, les alignements sur rue sont tenus, le cœur d’ilot est ouvert, les logements restent classiques. Malgré ce manque de liberté, les architectes ont su mettre à profit leur créativité au service de la façade.
batignolles4-compressed
Des jardins d’hiver enveloppent entièrement le bâtiment, permettant de parcourir depuis l’extérieur les logements à double ou triple orientation. Leur volumétrie exacerbée par un jeu de décalage exprime les dimensions des habitations, les rendant d’autant plus autonomes les unes par rapport aux autres. Ce façonnage, qui se finit par ailleurs par des angles étonnants, offre une nouvelle lecture de la façade à une échelle plus urbaine. Produisant de beaux apports de lumière et une économie thermique de 20%, ces serres habitables d’1.60 à 1.80 m de profondeur sont constituées de volets en verre escamotable. Ultra transparent, ce produit est extrêmement utilisé dans les parcs de logements sociaux en Finlande.
batignolles3-compressed
Disposés sur des rails, ces panneaux toute hauteur en verre trempé 10 mm sont aisément manipulable depuis l’intérieur. Ils coulissent un à un pour se replier perpendiculairement et s’attacher simplement avec une sangle. Ces pans vitrés s’ouvrent sur des terrasses au niveau des duplex à rez-de-chaussée et du T5 au dernier étage – cependant, un petit effort la prochaine fois pour les encastrements de rails au sol séparant les deux espaces.
A l’image de la Tour Bois le Prêtre rénovée par Lacaton Vassal, les jardins / serres deviennent une pièce en plus ; la façade est habitée. D’ici une quinzaine de jour, 98 familles prendront possession des lieux et s’approprieront ces espaces immaculés de blanc et de lumière.
batignolles5-compressed
 
 

batigolles2-compressed
Amélie Luquain                                                                                                                                                                                                                                    Courtesy BVAU / Cyrille Lallement