06/09/2016

Continuons l’exposition du Terreau français présentée à la 15e biennale de Venise avec une série d’aménagements urbains. Urbanisme fonctionnaliste ou situationniste, quoi qu’il en soit, les aménagements urbains modulent le sol, comportant des dispositifs à dimension sociétale. Toile de fond bidimensionnelle des volumétries bâti, ils viennent mettre en valeur les objets architecturaux, prolongeant leur intérieur jusqu’à les relier entre eux. AL
 

Centre d’expérimentation du développement durable, Meuse

« L’année 2015 d’Ecurey a bien été le démarrage d’un centre d’expérimentation du développement durable en milieu rural (…) Le site d’Écurey, situé en Meuse, est l’un des nombreux exemples de territoires lorrains à avoir été entièrement voué à l’industrie sidérurgique pendant des décennies, puis abandonné progressivement depuis les années 1980. »
[masterslider id= »69″]
Localisation : Ecurey. Programme : Centre d’expérimentation du développement durable en milieu rural. Architectes : B2H et Jérôme Piquand architectes. Crédit photo : Nicolas Waltefaugle
 

Parc ludico-sportif de Sormiou, Bouches-du-Rhône

« Dans cette enclave sociale, dans ce terrain à très forte déclivité, la démarche du projet s’est évertuée à créer un espace public pour tous et à détourner les programmes à caractère divertissant pour lui donner une dimension plus sociétale, plus humaine. Inspiré de l’œuvre de Levinas et du travail de Natalini, nous avons cherché à mettre en place un ensemble de dispositifs simples, économes et fédérateurs d’altérité et d’empathie. »
[masterslider id= »70″]
Localisation : Marseille. Programme : Parc ludico-sportif de Sormiou. Architectes : Atelier d’architecture Yvann Pluskwa. Crédit photo : Atelier d’architecture Yvann Pluskwa
 

Aire de pique-nique et lavoir, Jura

biennale venise_terreau_Territoires
Localisation : Sermange. Programme : Aire de pique-nique, lavoir. Architectes : Territoires. Crédit photo : Nicolas Waltefaugle
 

Renouvellement urbain, Loire-Atlantique

« Il était une fois une barre et une tour au sommet de Saint Nazaire. La barre regardait la rue des troènes sans troènes pendant que la tour regardait la rue des ajoncs sans ajoncs. Toutes deux tournaient le dos à un espace d’un vert sans intérêt. Quelques chênes du bocage effacé cohabitaient avec de nouveaux venus : le cèdre bleu de l’Atlas, le cyprès Lambert et le peuplier blanc. C’est ainsi que s’entendait la verte conversation dehors engagée depuis mille neuf cent soixante quinze. Dans le carnaval des bâtisseurs d’un rêve nouveau en terre rurale, on avait planté ces arbres tel un semis de confettis, et, dans la promesse d’eau et de plein ciel à tous les étages, on en avait perdu le paradis au pied : la terre. »
[masterslider id= »68″]
Localisation : Saint-Nazaire. Programme : Projet de renouvellement urbain. Architectes : La Terre Ferme. Crédit photo : Myriam Héaulmé
 

Réhabilitation parking et dalle de la Plaine, Val-de-Marne

« Le programme visait à redonner un usage à ce lieu déserté, rendre le parking à nouveau « fréquentable » en améliorant confort, aspect et sécurité. Un programme « banal » pour un quartier de tours de logements, en grande banlieue parisienne. Pas de financement de l’Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine et son lot de démolitions mais un budget permettant de requalifier ce qui existe, de retrouver simplement la valeur d’usage au service des habitants, dans un territoire défavorisé mais bénéficiant de la proximité de la capitale. (…) La façade pleine en béton préfabriqué, que la municipalité s’était jusqu’alors efforcée de cacher par la végétation, a été remplacée par une clôture en lattes de bois, laissant abondamment entrer l’air et la lumière. »
[masterslider id= »71″]
Localisation : Cachan. Programme : Réhabilitation parking et dalle de la Plaine. Architectes : Architectures Amiot Lombard. Crédit photo : Luc Boegly
 

Hameau « Le Clos des Fées », Seine-Maritime

« La logique qui a présidé à l’organisation du Clos des Fées est celle d’un éco-hameau. Les dispositifs mis en place par l’agence CoBe visent à obtenir des effets positifs autant d’un point de vue écologique que d’un point de vue social. (…) Pour lutter contre les mécanismes de repli sur soi propres aux secteurs pavillonnaires, le quartier a été pensé dès l’origine comme le point de rencontre des générations. (…) Ces programmes sont implantés dans un parc paysagé de deux hectares composé de différents espaces publics. (…) La partie habitation, implantée dans la continuité du lotissement existant, compte dix huit chaumières.  Ni clôture, ni barrière, un réseau de noues délimite simplement les parcelles. »
[masterslider id= »72″]
Localisation : Paluel. Programme : Hameau. Architectes : CoBe. Crédit photo : Luc Boegly.
 

Pavillon et square du centre-ville, Bouches-du-Rhône

« La maison démolie présentait un sol revêtu de carreaux ciments colorés typique de la région et d’une époque. Ces éléments déposés et conservés ont été réemployés pour habiller la table maçonnée de la grange à ciel ouvert. Ils sont également à l’origine du motif faïencé présent sur les façades du pavillon. C’est à partir du dessin originel des carreaux, réinterprété dans les couleurs du drapeau provençal que ces façades ont été dessinées. Le motif permet aujourd’hui d’identifier le projet en lui conférant une image de modernité au travers d’un symbole issu de la tradition locale de la construction. »
[masterslider id= »73″]
Localisation : Gignac-la-Nerthe. Programme : Pavillon, square urbain, grange, lavoir, jeux d’enfant. Architectes : Bastien Beguier et François Jaubert (COMAC). Crédit photo : Philippe Ruault
 
 

Dépollution des anciennes papeteries Vallée, Côtes-d’Armor

« Situées en Bretagne, les papeteries Vallée, créées en 1855, se sont progressivement déployées dans la vallée du Léguer, rivière qui alimentait l’activité en eau et en électricité. L’usine a fermé en 1965 mais le site a gardé de son passé industriel une charge sociale et affective forte dans le contexte local rural. Le terrain de l’usine fut racheté par deux communautés de communes dans les années 1990. Elles avaient comme programme de commande la dépollution et la mise en sécurité du site. (…) Nous avons décidé d’aller au-delà de la commande technique afin de restituer la forte charge poétique et affective qui se dégage des lieux, en organisant le projet autour de quatre axes de réflexion : eau, topographie, environnement, art. »
[masterslider id= »74″]
Localisation : Belle-Isle-en-Terre. Programme : Dépollution et mise en sécurité d’un ancien site industriel. Architectes : Agence Laure Planchais. Crédit photo : Agence Laure Planchais
 
Citations et iconographie issues du Catalogue du Pavillon français, 15e exposition internationale d’architecture, la biennale de Venise. Nouvelles Richesses, Obras/Collectif AJAP14, Éditions Fourre-Tout, 2016
Mardi prochain 13 septembre, épisode 7 : les activités industrielles
A voir aussi : Prologue : voir la France à Venise
Enregistrer