26/07/2017
Collectionneur d’art et galeriste renommé de l’après-guerre, Louis Carré avait offert en cadeau à sa femme Olga une villa. Visionnaire en art comme en architecture, il en avait confié la conception à Alvar Aalto, qui signait là sa seule œuvre en France. On raconte qu’il songea à faire appel à Le Corbusier, mais redoutait « son côté béton ». Il y a 57 ans, Louis Carré donna une garden-party en l’honneur de son architecte, dans sa villa tout juste achevée. Olga occupera les lieux après la mort de son mari, jusqu’à son décès en 2002. À partir de 2006, une association fait vivre le bâtiment, en organisant différents événements autour de l’art et de l’architecture. Elle présente jusqu’au 3 septembre prochain « la politesse de Wassermann »  une exposition de l’artiste Laëtitia Badaut Haussmann. L’événement s’inscrit dans un cycle d’exposition établissant un dialogue entre architectures iconiques et art contemporain lancé à l’initiative du Lab’Bel, fondation du groupe Bel.
La politesse de Wassermann
Une exposition de Laëtitia Badaut Haussmann
Silvia Guerra et Laurent Fiévet, commissaires
En collaboration avec Ásdís Ólafsdóttir, directrice de la maison Louis Carré
avec le soutien du Bel’Lab, laboratoire artistique du Groupe Bel.
Renseignements pratiques
 
ouverture
les samedi et dimanche de 14:00 à 18:00 sur réservation
 
Visites privées et de groupe à la demande