25/11/2017

Le Jeu de Paume propose une rétrospective sur l’œuvre du photographe Lucien Hervé (1910-2007) qui, s’il a collaboré avec de grands architectes du XXe siècle, est surtout célèbre pour son travail avec Le Corbusier.

« Mon problème consiste à visualiser en deux dimensions un art de l’espace, en éliminant de son vocabulaire les redondances, les boursouflures pour ne retenir que les multiplicités de l’essentiel à mes yeux »

Grand constructeur de l’image, un détail lui suffit pour parler de l’ensemble, et il parvient à exprimer l’espace avec la seule tension entre ombre et lumière. Lucien Hervé est aussi un observateur engagé du monde et de l’humanité, cherchant partout la « présence du vivant ». Ses cadrages en plongée ou en oblique lui permettent de jouer avec la géométrie, allant jusqu’à l’abstraction. L’exposition Géométrie de la lumière au Château de Tours jusqu’au 27 mai 2018 lui rend hommage en juxtaposant comme il le faisait, « l’universel et l’intemporel », l’ancien et le moderne, l’abstrait et l’humain.

Observatoire, Delhi, Inde, 1955 © Lucien Hervé
Centre de congrès, Bienne, Suisse ( architecte Max Schlupp), 1964 © Lucien Hervé
Observatoire, Jaïpur, Inde, 1955 © Lucien Hervé