19/04/2017

Villas Godzilla, les maisons des super-riches. Quand l’artiste supplante l’architecte. L’Hexagone, enfer de la récupération sauvage. Plagiat, imitation ou esprit du temps ? Le CAUE 57 bientôt sans locaux : la revue de presse du 18 avril 2017
 
CAUE à vendre
Le CAUE de Moselle a-t-il encore un avenir ? Patrick Weiten, président du conseil départemental qui fixe la quote part de la taxe sur l’aménagement allouée, avait laisser planer des doutes quand à l’avenir de cette association instituée par la loi sur l’architecture de 1977. « On met un peu d’ordre. Aucun licenciement n’est prévu. Tout le monde est maintenu à son poste. Le CAUE compte de moins en moins d’adhérents. Les prestations sont de moins en moins nombreuses. Les communes trouvent des réponses auprès du privé ou de la Matec (Moselle Agence Technique, NDLR). Tous les départements n’ont pas de CAUE et sa localisation n’est pas la meilleure. La question de sa présence est posée ». Signe inquiétant, le conseil municipal de Scy-Chazelles, où est implanté le CAUE, a inscrit à son budget une somme de 996 000 € couvrant l’achat des locaux occupés par le dit CAUE, pour y installer une maison des associations. « La commune est obligée de se tenir prête », explique son maire Frédéric Navrot, « je sais comme tout le monde que le CAUE est en voie de quitter Scy-Chazelles. Nous souhaitons nous porter acquéreurs ». Le CAUE envisagerait sérieusement l’option déménagement.
Via La Semaine 
 
 
De l’Art dans la Maîtrise d’oeuvre
Ringard, l’architecte ? Des artistes prennent en main les projets que les architectes ne veulent pas faire, explique le quotidien belge « L’Écho ». Leur statut à part leur donne une immense liberté « “Là, j’abandonne”, avait déclaré l’architecte lorsqu’il a appris que le sol de l’appartement devait être inégal. “Les ouvriers ne voulaient même pas installer le sol sans signer de décharge”, explique l’artiste britannique Henry Krokatsis, qui a livré l’œuvre in situ l’an dernier. “Ils avaient peur d’être traînés devant les tribunaux.”Pourtant, les sols inégaux, voilà exactement ce que fait Krokatsis », artiste partisan de la vie à la bancale, suite logique de la vie à l’oblique de Claude Parent. Un mouvement vaste qui s’explique par une lassitude « de plus en plus de marchands d’arts, galeristes et curateurs en ont assez des œuvres et installations dans leurs intérieurs », préférant une œuvre qui les absorberait entièrement. « Dans les œuvres d’art de Pardo, vous pouvez cuisiner, nager et même dormir. Il n’a pas peur non plus de créer des meubles ou des lampes et de s’aventurer sur le terrain du design. Ce qu’Alex Coles, critique d’art londonien et expert de Pardo, qualifie de « transdisciplinarité ». Il considère celle-ci comme un nouveau courant. « Les artistes et les designers ne sont plus condamnés à une seule discipline, mais sont actifs aussi bien dans le domaine de l’architecture que de l’art et du design. » En retour, le statut de l’œuvre évolue, confie Jean-Baptiste Bernardet, qui a peint la cabane de jardin d’un ami dans le New Jersey « Au fur et à mesure que le temps passe, la couleur de la peinture acrylique sur le vieux bois s’estompe. Des clématites et des rosiers grimpent le long des murs. “C’est beau”, estime Bernadet. “Les plantes font lentement disparaître mon travail. Je trouve ça parfait.” » S’il n’y a pas de décennale, c’est effectivement parfait. 
Via L’Écho  

tapis-arno-brandlhuber
Le tapis de l’architecte allemand Arno Brandlhuber est composé de dalles faites en bandes de cassette. Il enroule les bandes en gros rouleaux qu’il coule dans de l’epoxy et découpe ensuite en dalles, ce qui crée un effet de bois © Arno Brandlhuber, Gregor Hildebrandt / Sergio Pirrone via les échos

 
Godvilla
Il s’appelle Titus Bernhard, et son agence d’architecture s’est spécialisée dans l’habitat pour super riches, les villas-godzillas qui « symbolisent la démesure totale. Le nombre d’or n’est pas ici affaire de proportion, c’est un modèle économique » relate un journaliste du Suddeutsche Zeitung. « On reconnaît une villa au fait qu’on ne voit pas la maison quand on pénètre dans la propriété. (…) Elle est trop loin, tout simplement » explique Paul Kahlfeldt, autre architecte allemand ex-expert des sous-stations électriques désormais versé dans la réhabilitation de villas historiques aussi prisées que leur équivalent contemporain. Les plus chères de ces villas sont aux États-Unis, et flirtent avec le demi-milliard de dollars pour les plus folles. Certes, les villas ont toujours fait avancer l’histoire de l’architecture, rappelle l’article, mais les demandes des Trump et des Kardashians, Médicis du XXIe siècle, sont souvent déroutantes. Il faut savoir dire non, comme à Ribery empêtré dans des scandales de prostitution, qui voulait voir ses Ferrari depuis son lit. « À la place de quoi l’architecte lui a recommandé de créer un foyer propice à la sauvegarde de son couple », en délaissant ce dispositif spatial introuvable dans le Neufert. La plupart des exubérances de ces résidences restent inconnues. Elles conduisent Titus Bernard à envisager de retourner d’ici peu à la conception de logements sociaux « Sinon, en tant qu’architecte, on ne tient pas le coup » confie l’architecte exténué. Là aussi, il faudra impérativement tenir le coût.
Via Courrier International 
villa-bel-air-los-angeles
Douze suites, 21 salles de bain, 3 cuisines, 5 bars, une salle de cinéma… Cette villa de Bel Air, à Los Angeles, est en vente pour 250 millions de dollars. En attendant que soit mise en vente la “Gigavilla”, c’est la maison la plus chère des États-Unis. Photo Berlyn Photography / SWNS via Courrier international

 
Déjà vu?
La Voix du Nord propose à ses lecteurs un jeu des sept erreurs architecturales basé sur deux exemples réels ou en passe de l’être. « Ce toit planté d’arbres qui s’élève en pente douce depuis la rue, s’enroule au fil des étages et débouche sur un terrasse panoramique, comme une proue lancée au-dessus de la ville… Ça ne peut être que ShAKe, le spectaculaire immeuble dessiné par le cabinet d’architecte PCA-Stream», adjugé à l’issue d’un concours dont le résultat vient d’être divulgué. N’allons pas trop vite : « et puis on remarque les bateaux. Et la cheminée coiffant l’édifice. Et l’absence du périphérique routier. Et où est le parc des Dondaines, bon sang ? La légende du visuel achève de nous détromper. On n’est pas à Lille. Mais à Copenhague. Devant le nouvel incinérateur de déchets (surmonté d’une piste de ski) signé de l’architecte star Bjarke Ingels, de BIG. Un équipement en cours de construction sur le port de la capitale danoise ».
Serait-on face à un cas patent de plagiat ? Nacarat, le promoteur, s’insurge « C’est une création originale, qui ne souffre aucune contestation (…) On a vu naître ce projet à partir d’une page blanche, pendant le concours, (…). Le résultat est le fruit d’un croisement entre le programme (des bureaux) et les contraintes du site (à commencer par la petite taille de la parcelle). Une somme d’équations dont a émergé la forme de ShAKe ». Côté Danois, on est circonspect : « En effet, nous avons remarqué la forte ressemblance du projet lillois avec l’usine d’incinération d’Amager Bakke à Copenhague (…) », nous écrit l’agence de Bjarke Ingels. En indiquant “étudier ses options” et ne pas souhaiter faire d’autres commentaires à ce stade. L’agence PCA-stream invoque l’esprit du temps, le fameux Zeitgeist « Nous connaissions cette référence de l’agence BIG dont nous sommes des admirateurs, cependant elle ne nous a pas guidés dans notre travail de conception », affirme Olympe Rabaté, responsable de la stratégie éditoriale. En rappelant que la forme a été dictée par des contraintes de fond  ». L’imitation est la forme la plus sincère de flatterie, disait un écrivain anglais. Si les similitudes découlent de l’esprit du temps, faut-il s’attendre à voir pousser des ShAKe partout, s’interroge le quotidien lillois ? Ça risque de secouer !
Via La Voix du nord 
shake-euralille
Le jeu des sept erreurs : à gauche, ShAKe à Euralille, conçu par PCA-Stream ; à droite, Amager Bakke à Copenhague, signé BIG. via la voix du nord

 
 
Ouvrez grand la maison du fascisme !
Depuis l’antenne albanaise de son agence, l’architecte milanais Stefano Boeri apporte son soutien à l’association Maarc, qui milite pour rendre accessible à tous la Casa del Fascio de Côme, chef d’œuvre de Giuseppe Terragni. Construit pour servir de siège au parti fasciste, l’édifice inauguré en 1936 par Mussolini est occupé depuis des décennies par la Guarda di Finanza, sorte de gendarmerie spécialisée dans la traque des délits financiers. Le Maarc voudrait faire du bâtiment un musée du rationalisme. « La Casa del Fascio est un musée en soit, et comme tel, explique Boeri, je ne pense pas qu’il soit nécessaire de lui insuffler d’autres contenus, sauf à en garder une partie pour raconter la vie de son auteur ». Et sur l’espace restant, une maison du facho ?
Via il Corriere di Como 
 
 
Pillage dans l’Hexagone
La dépopulation des villages français a pour conséquence un pillage à grande échelle de leurs éléments architecturaux, nous apprend le New York Times, qui s’est rendu à Joinville pour constater les effets de cette pratique. « Dans une maison du 16e siècle, les parquets étaient partis. La pièce autrefois utilisée comme cuisine avait été dénudée de ses carreaux. Sous nos pieds, on trouvait juste du gravier et de la terre. Les murs autrefois revêtus de panneaux de bois avaient été déshabillés jusqu’à la brique, et dans certains endroits, exposés aux éléments et aux vents froids. Il n’y avait plus de plafond, juste les poutres. S’il y avait un miroir sur le conduit de cheminée, ou même une cheminée, elle était partie depuis longtemps, tout comme les menuiseries des portes et fenêtres ». Le dépeçage, qui ruine une maison et fragilise ses voisines, est effectué par une catégorie d’acheteur qui font du bâti existant une carrière de matériau, ou parfois par les propriétaires eux mêmes, lorsqu’ils se lancent dans des travaux de rénovation. La vente des matériaux est légale « un élément architectural standard de Joinville comme un carrelage 19e peut valoir jusqu’à 6500 US $, selon la taille de la cuisine et l’état de conservation des carreaux. Une cheminée peut atteindre les 10 000 US $ ». Une vision destructive de la récup, qui trouve dans l’Hexagone son entrepôt le mieux achalandé « la plupart des gens qui veulent acheter des antiquités se tournent vers la France, plus que vers n’importe quel autre pays d’Europe », explique Simon de Monicault, responsable du mobilier chez Christie’s à Paris. Le maire de Joinville a sorti de la poussière une loi inutilisée pour enrayer les pillages, et lance un programme « adopte une maison » pour les structures en quête de réparation.
Via The New York Times 
pillage-hexagone
Anthony Koenig, who is in charge of urban planning for Joinville, France, showed one of the abandoned and pillaged houses in the village. Credit Pierre Terdjman for The New York Times

 
 
Extension du domaine de la Hutte
« Nous sommes en train de travailler à la redéfinition d’une architecture de la police nationale » dite Franco Gabrielli, chef de la police italienne, lors du 165e anniversaire de « l’Arma » — l’Arme, surnom de cette institution en Italie. Pendant ce temps-là, Ditmir Bushati, ministre albanais de la Justice, déclare à France 24 qu’il planche sur la réforme de la justice pour créer la nouvelle architecture du système judiciaire de son pays. Ces bonnes nouvelles surviennent alors que l’on apprend qu’il y a désormais une architecture du cadre fiscal en Inde, explique Nand Kishore Singh, chef d’une commission sur la responsabilité fiscale et gestion budgétaire (FRBM). C’était un nouvel épisode de notre rubrique « Architecture sans architecture ».
Via Rai NewsThe Hindu et European western balkans 
 
Sacco Orphelin
Piero Gatti, père de l’assise pop et informe passée à la postérité sous le nom de « Sacco » vient de nous quitter à l’age de 76 ans. Produit par la société Zanotta, son pouf avait remporté le Compasso d’Oro en 1970 et avait été exposé au Moma deux ans plus tard. Plus que la communauté des architectes et des designers, c’est avant tout les militants du mouvement populiste 5 stelle (M5S) qui ont annoncé son décès. Gatti était affilié au M5S depuis 2011.
via Grosseto Notizie 

Olivier Namias