01/05/2017

Le bureau autrement

À en croire la presse généraliste et spécialisée, c’est pour demain : les formes collaboratives du travail 2.0 vont signer la mort de l’immeuble de bureau, mastodonte archaïque qui atteint son crépuscule. L’atmosphère festive des espaces de co-working tient lieu d’utopie du moment, et se substitue aux mégastructures qui ont longtemps hanté les imaginaires architecturaux. De magnifiques édifices incarnent la promesse du travail ludique de demain. Ils détournent et recyclent à l’occasion les structures du travail d’hier, comme pour mieux exorciser la peine et la douleur associées à l’activité depuis la Bible. Croire qu’ils vont devenir la norme reste, au mieux, un fol espoir. Le Google office restera l’apanage des entreprises triomphant dans les IT. L’utopie 2.0, peut se muer en dystopie, ainsi que le rappelle la Biennale Internationale Design de Saint-Etienne, dont la dernière édition avait pour thème Working Promesse, les mutations du travail. Quant aux espaces tertiaires, ils doivent, in fine, trouver asile dans un immeuble. Nous avons choisi de présenter plusieurs exemples tertiaires allant à rebours des « produits » standardisés encombrant ce secteur du marché immobilier. Des immeubles dont l’ambition utopique et révolutionnaire passe inaperçue, car elle se place dans l’utilisation des matériaux, le renouvellement des formes et les relations qu’ils entretiennent avec la ville. Une révolution silencieuse qui n’a pas encore saisi les allées du MIPIM. Nous saluons Didier Fiuza Faustino, qui quitte la rédaction en chef du magazine après en avoir conduit la refonte. À n’en pas douter, nous le recroiserons prochainement dans nos colonnes, au travers d’une de ses futures installations, d’un projet d’architecture ou d’une publication. 

Olivier Namias

 

Architectures CREE 381

Acheter votre exemplaire