10/04/2018

Le succès du film Black Panther et son esthétique afrofuturiste a mis l’Afrique à l’honneur en tant que force grandissante dans l’architecture, le design, la technologie et la mode. Le film a suscité un regain d’intérêt pour l’afrofuturisme : un mouvement culturel qui allie la culture et l’identité africaines à la technologie et à la science-fiction, et qui a fortement influencé les décors et les costumes du film. Des concepteurs, architectes et cinéastes africains révèlent, que le film de Marvel, mettant en scène un super-héros noir dans un pays africain fictif nommé Wakanda, a attiré l’attention sur la scène créative africaine en plein essor.

L’afrofuturisme se réfère à un travail qui réinvente l’expérience noire à travers la fusion de la science-fiction, de la fantaisie et de l’histoire. 

Mark Kamau, un concepteur d’interaction de Nairobi, au Kenya, a déclaré que le renouveau de l’afrofuturisme modifiait les perceptions mondiales de la créativité africaine. « Il s’agit de penser aux images, aux histoires et aux perspectives que nous projetons pour la jeune génération (…) Je pense qu’il est important que nous commencions à créer un récit différent pour l’Afrique et c’est ce que fait ce mouvement« , a-t-il ajouté. « Le design est l’outil le plus puissant pour transformer l’Afrique« .

Les talents africains émergent dans l’architecture et le design

Selon les concepteurs basés sur le continent, l’Afrique n’a cessé de produire des talents créatifs au cours de la dernière décennie.

Avec sa toiture ovale aérienne et ses murs ouverts, le pavillon pensé par Diébédo Francis Kéré pour la Serpentine Gallery, invite à la libre circulation des personnes.

Ces dernières années, en architecture, des talents ont vu le jour comme Diébédo Francis Kéré du Burkina Faso, qui a conçu le plus récent Pavillon Serpentine. Cet architecte a aussi réalisé une série d’autres projets acclamés, y compris de nombreuses écoles dans son pays d’origine. Son objectif est de montrer que les méthodes et les matériaux de construction traditionnels peuvent être combinés avec l’ingénierie de haute technologie.
Ecole flottante imaginée par le studio NLÉ

Egalement, l’architecte nigérian Kunle Adeyemi , qui a remporté le Lion d’ argent à la dernière Biennale d’ architecture de Venise avec son design pour une école flottante conçue pour faciliter l’éducation dans les régions africaines qui, en raison des inondations, ont peu d’infrastructures permanentes. Protégé de l’OMA, il a fondé son propre studio NLÉ en 2010. Peu après, il a fait une grande impression avec son projet d’école flottante. Il travaille également sur des plans pour construire une école en Tanzanie qui combine les traditions régionales avec l’apprentissage contemporain.
Christian Benimana

Christian Benimana qui dirige le bureau rwandais de Mass Design Group, un studio d’architecture axé sur la recherche qui fait souvent équipe avec des gouvernements locaux et des ONG sur des projets à caractère social. Il est également le directeur de l’African Design Center , une organisation qui défend la prochaine génération de designers du continent.
Cyrus Kabiru

Côté design, le kenyan Cyrus Kabiru , avec ses lunettes élaborées réalisées à partir d’objets trouvés dans les rues. « Il est vrai qu’en tant que continent, nous avons nos problèmes, mais ce n’est pas la seule chose qui existe à notre frontière« , raconte le photographe kenyan Osborne Macharia « En créant un travail qui montre un côté différent de la réalité, les gens commencent à voir beaucoup plus et à apprécier une culture qui a longtemps été vue différemment.« 

Osborne Macharia

Black Panther décrit l’Afrique comme un leader de l’innovation

Black Panther est le premier film de science-fiction traditionnel à être mis en place en Afrique et à présenter un casting principalement noir. L’intrigue tourne autour du sort de Wakanda, un pays qui a échappé à la colonisation et, grâce à un métal miracle appelé vibranium, développé une technologie très avancée. Ceci est directement lié à l’utilisation originale du terme afrofuturisme. On pense que ce mot a été inventé par l’auteur américain Mark Dery, dans son essai Black to the Future de 1993 , pour parler de «fiction spéculative traitant des thèmes afro-américains et abordant les préoccupations afro-américaines dans le contexte de la technoculture du XXe siècle».  Aujourd’hui, le terme est adopté par l’ensemble de l’Afrique, ainsi que par la diaspora, pour englober toute forme d’innovation qui fait référence au patrimoine noir.

« C’est une réorientation artistique du récit post-colonial africain en intégrant des éléments historiques, la culture actuelle et les aspirations futures des personnes de couleur, en utilisant le récit, la fantaisie et la fiction pour mettre en évidence l’identité africaine« , explique Osborne Macharia.

L’afrofuturisme a une pertinence particulière lorsqu’il s’agit de questions d’architecture et d’urbanisme

Il y a beaucoup d’aspects remarquables au film. Mais le vrai plaisir est la représentation architecturale de Wakanda, la patrie africaine fictive des Black Panther. Wakanda est un lieu de merveilles. Pour donner vie au pays, le film s’appuie sur des repères visuels de tout le continent, des paysages urbains envahissants des métropoles modernes comme Nairobi, Johannesburg et Lagos aux costumes inspirés par les peuples tribaux tels que les igbo du Nigeria et les peuples de la vallée de l’Omo.

La vision d’une société ultra-développée et utopique convoquée par le prétendu Wakanda suscite une question existentielle qui hante aussi l’Afrique dans la vie réelle: à quoi ressemblerait le continent sans l’héritage du colonialisme?

Les tours majestueuses et les coupoles en verre du pays rappellent puissamment les structures modernistes extraordinaires construites à travers l’Afrique. L’architecture afrofuturiste du film  est un mélange inattendu de Zaha Hadid et de Buckingham Palace, selon la designer Hannah Beachler ayant travaillé en tant que concepteur de production sur le film.

« C’est ce que je voulais que les gens ressentent pour l’architecture moderne de Black Panther (…) Très voluptueux, très courbé, pas de bords durs et les espaces se sentent à la fois très grands et intimes en même temps. » L’inspiration pour le palais des Black Panther est venue de Buckingham Palace, qui abrite la reine d’Angleterre et l’ancien siège de la puissance coloniale britannique.

Quand il s’agissait de concevoir le reste de la ville, Beachler se retrouva à regarder les projets sinueux de l’architecte britano-irakienne Zaha Hadid. En particulier, le bâtiment DDP à Séoul, achevé en 2013, et le Wangjing SOHO à Pékin, achevé en 2015.  Ces deux édifices combinent des structures incurvées et futuristes avec des références à des éléments naturels. Le bâtiment DDP a des surfaces en aluminium ondulées qui ressemblent à de l’eau qui coule, tandis que le Wangjing SOHO présente une structure conique incurvée, conçue pour ressembler à trois montagnes entremêlées.

Les courbes de style Zaha ont ensuite été combinées avec des références architecturales d’Afrique australe, telles que les traditionnelles cabanes rondavales qui présentent des toits de chaume coniques. Cela peut être vu dans la conception des gratte-ciel dans la capitale de Golden City de Wakanda. De tels bâtiments rappellent que l’afrofuturisme est particulièrement pertinent en ce qui concerne les questions d’architecture et d’urbanisme.